Test de la Chevrolet Volt

General Motors défie les Japonais avec sa nouvelle voiture hybride qui revêt bien cette caractéristique mieux que les autres modèles des concurrents. Déjà annoncé en concept car en 2007, Chevrolet Volt ne voit vraiment le jour que cette année comme étant LA voiture 2013 sans paire, car ses spécificités annoncent bien la technologie de demain

 

Vraiment hybride

Ce mot cache bien des particularités, car une voiture hybride n’est pas seulement celle qui fonctionne avec deux énergies, mais ces dernières doivent également se compléter. Chose faite avec la Chevrolet Volt, car son moteur électrique de 150 ch dépasse la puissance de l’autre fonctionnant à essence avec 4 cylindres pour seulement 86 ch. Les 370 Nm de couple pour l’électrique contre 130 Nm pour le moteur thermique laissent alors déduire qui sera à la charge de propulser le véhicule

Dans ce petit bijou de GM, l’essence n’assurera qu’un rôle de ravitaillement pour l’électrique en rechargeant sa batterie bien que ces deux forces motrices peuvent être totalement dissociées. L’habitacle sort également de l’ordinaire pour la Chevrolet Volt, car ses 4 places au lieu de 5 sont provoquées par une grosse console centrale qui renferme la barre centrale d’un grand « T » ; forme de la batterie.

Un petit hic qui va imposer un changement de place plus énergique à l’arrière, car il faut sortir pour rentrer vers l’autre portière. L’écran unique présente également un petit détail ennuyeux, car les informations sur le système hybride ne pourront pas être visibles en permanence si on veut activer la climatisation par exemple. Enfin, un lecteur CD dans une voiture fraîchement sortie constitue un gros contraste pour les avancées technologiques.

La conduite

La Chevrolet Volt peut rouler avec seulement un de ses moteurs, mais la question d’ergonomie de la batterie et la fonction hybride ne seraient pas assurées. C’est un véhicule à dominance électrique compte tenu de la puissance des moteurs et elle ne roule pas ainsi avec les bruits d’une voiture ordinaire. Vitesse automatique, accélérateur peu évocateur de puissance, tout sort le conducteur de l’usage d’un moteur à essence.

Cependant, la vraie particularité de la Chevrolet Vol par rapport à sa petite sœur Opel Ampera est la possibilité de choisir le moteur qui va fournir la force mécanique directe sur les roues. Dans les routes normales, une batterie faible sera juste alimentée par le moteur essence qui ne va pas actionner directement les roues, mais de ravitailler le moteur électrique. Sur une autoroute par contre, il pourra fonctionner de façon autonome pour optimiser la puissance et sortir de sa mission de ravitaillement pour attaquer directement sur les roues.

La Volt est livrée en design unique avec des jantes alu 17 pouces, climatisation automatique, sellerie en cuir, autoradio CD/MP3… le tout à 42500 euros. L’heureux nouveau propriétaire bénéficiera ensuite de l’éco-bonus de 5000 euros grâce aux seulement 27g/km de CO2 émis.