Test de la Mia Electric

Encore tout nouveau sur le marché, la nouvelle enseigne franco-allemande signe avec la Mia Electric un modèle prometteur pour les prochaines années. Située à mi-chemin entre la Smart Fortwo et du minibus, la Mia se lance sur un concept peu exploité par les constructeurs.

 

Mia Electric la compacte aux portes coulissantes

Le design

Fabriquée en France par la société Heuliez, la nouvelle Mia fait irruption sur le marché et surprend agréablement avec un prix de moins de 20 000 euros, bonus écologique déduit.

D’aspect novateur, la Mia surprend également à l’intérieur avec la place laissée au conducteur qui se trouve au milieu de l’habitacle. A l’avant, la voiture n’est disponible que pour une seule personne et tous les équipements du tableau de bord au volant sont situés au milieu, dans la version de la Mia 3 places. De quoi donc laisser de la place aux deux autres personnes assises à l’arrière qui bénéficie de suffisamment de place pour leurs jambes.

Dans sa version quatre places, la Mia Electric prend 30 cm de plus et offre une contenance de coffre de 420 litres quand en trois places, elle n’en offre que 420.
Longue de 2,87m, dans la première série à trois places, la Mia Electric vient titiller du côté de l’Allemande Smart Fortwo. Elle se distingue outre sa taille par l’accès à l’intérieur de la voiture qui se fait via des portes coulissantes. Un côté pratique surtout quand on se retrouve en milieu urbain, là où la petite électrique sera le plus à son aise.

Niveau confort, la Mia Electric ne cache pas son jeu et montre clairement vers quel public elle se destine. Prises pour smartphone, ultra connectivité, la citadine joue absolument le jeu des jeunes branché qui aiment le confort moderne et stylé des endroits « hype ».

Performance et électrique

Au niveau du moteur, la Mia n’a rien à envier à ses concurrentes. Elle offre une autonomie somme toute correcte de 120 km annoncés. Le moteur d’une puissance de 12 kWh peut pointer jusqu’à 100 km/h. Pas de quoi décoiffer bien sûr, mais suffisant pour un usage quotidien en ville . En série, on retrouve des batteries de 8 kWh d’une autonomie de 80 km, que l’on peut remplacer par des batteries bien plus puissantes de 12 kWh jouissant d’une plus grande autonomie. Rechargeables en moins de 3 et de 5 heures, elles peuvent également bénéficier d’une charge partielle de 10 min soit une autonomie de 8 km, grâce à l’absence d’effet mémoire. Un atout de taille qui vous permettra de vous brancher aux bornes de recharge Autolib ’ si vous disposez d’un abonnement.

Sur route, il vous faudra un certain temps d’adaptation pour l’espace qui y est proposée au conducteur. Les manies de s’accouder out, l’agencement de la voiture et son silence quand elle roule permet de profiter de la conversation avec les passagers installés à l’arrière.