Test de la Renault Twizy

A mi-chemin entre le scooter et la voiturette, le Twizy, le nouvel électrique de Renault a de quoi surprendre. Au pep’s ronflant et à l’allure résolument fun et facile à manier, le Twizy représente avec fierté la digne lignée des Twingo et autres Espace de la marque au losange.

 

Renault Twizy : l’hybride venu d’ailleurs !

Place à l’automatique

Avec un nom aussi original, on sait de premier abord vers quel public le Twizy s’adresse. Disponible en quatre versions, le quadricycle est disponible dès 6 990 euros dans sa version Twizy 45, en plus des 50 euros de frais de location mensuelle des batteries.

Situé entre le compromis de la voiture et de la moto, le Twizy bénéficie d’une autonomie de 100 km selon le constructeur, mais de seulement 80 km en essai sur route. Une autonomie qui descendrait même jusqu’à 55 km en période de grand trafic sur les routes. Destiné au milieu urbain, le Twizy est alimenté par une batterie en Lithium-Ion de 6,1 kWh et qui se charge en 3 h 30 sur une prise domestique de 220V. Une batterie qui fournit ainsi la puissance nécessaire au moteur qui lui dispose de 5 chevaux ainsi que d’un couple de 33 Nm. Le Twizy peut ainsi atteindre sans broncher les 45 km/h dans sa version sans permis.

Pour la version avec permis, le Twizy s’offre une puissance fiscale de 17 chevaux, accompagné d’un couple de 57 Nm lui permettant de frôler les 80 km/h.

De conduite plutôt agréable, tout ou presque y est automatisé, notamment avec sa boîte de vitesse automatique remplacée par un simple bouton à trois fonctions : marche arrière (R), point mort (N) et avancer (D). Plus simple et maniable, l’habitacle en « cocon » très épuré ne donne pas cette impression de petitesse sur la route.

L’Ovni bruyant !

Malgré toutes ses qualités, le Twizy résonne un peu trop bruyamment sur route. Approchant de sa vitesse de croisière, le roulement du moteur s’amplifie et résonne comme une machine à laver en pleine besogne. Rien de très gênant, ne perturbant pas la conduite, puisqu’on s’y habitue assez vite.

Côté sécurité, il reste assez limité, puisque certains équipements comme l’ABS ou encore l’ESP ne sont pas disponibles à bord. Toutefois, on y retrouve un airbag frontal ainsi qu’une ceinture trois points avec épaules qui s’avèrent être assez efficaces en cas d’accidents.

Pour ce qui est du comportement sur route, le Twizy ne semble pas être adapté totalement aux conditions climatiques, malgré quelques équipements de série, comme la jupe de protection des jambes ou encore la présence d’un trou au centre du siège pour évacuer l’eau de pluie avant de s’asseoir.

Le Twizy reste donc intéressant pour toutes les bourses malgré un prix assez élevé. Plutôt d’allure jeune et branché, il attirera sans conteste les regards dans la rue avec son look résolument moderne à la manière d’un Tron.